Présentation

Présentation générale

La Tunisie traverse une étape difficile et décisive aux plans social et économique. La révolution a ouvert de grandes perspectives et suscité d’énormes espoirs. Mais, ce qui s’en est suivi, c’est une suite de soubresauts et de luttes qui a éloigné le pays de la voie de la prospérité économique à laquelle aspirent son peuple et sa jeunesse. La révolution a marqué néanmoins une rupture avec la dictature et a favorisé l’élaboration d’une nouvelle constitution et la mise en place d’institutions constitutionnelles sur une base consensuelle.

La Tunisie est aujourd’hui face à un besoin urgent, celui de trouver un accord sur un projet socio- économique aux contours bien définis pour répondre aux attentes et aux vœux de tout le peuplede dignité, de justice sociale, de plein emploi et d’accès à de meilleures conditions de vie (santé, éducation, transport,habitat etc.). Les menaces de toutes sortes dont souffre le pays aujourd’hui, telles que les menaces terroristes, la recrudescence de l’agitation, la propension à semer la division, sont loin de venir à bout de la foi des Tunisiens en leur capacité à retrouver le chemin d’un large consensus social et économique sur la base du dialogue entre tous (gouvernement, syndicats, chefs d’entreprise, représentants de la société civile...)
Il y a un large consensus autour de :

• La nécessité de plus de justice pour toutes les catégories sociales et toutes les régions
• l’importance du renforcement de la sécurité et de la stabilité politique dans le pays, sous la souveraineté d’un État fort etcapable de faire face à la corruption sous toutes ses formes,
• la nécessité de redoubler d’effort afin de venir à bout de la pauvreté et du chômage qui suscitent la colère et le désespoir des jeunes.
Reste la nécessité de savoir comment s’accorder sur les meilleurs voies et moyens de réaliser l’ensemble de ces objectifs. La réponse passe par le dialogue social et économique tant attendu dans l’étape que traverse actuellement le pays. Il ne s’agit pas tant de trouver des solutions à toutes les problématiques économiques et sociales dans tous leurs détails, que de parvenir à un accord sur les principaux axes et les grands dossiers. Point de politiques pertinentes et viables sans une vision sociétale commune.

Nous aurons au cours de cette conférence à aborder en premier lieu l’expérience tunisienne de développement économique, en examinant ses facteurs et perspectives, ce qui nous amènera à nous pencher sur l’étude des domaines requérant des choix et de grandes réformes devant servir de cadre à l’action de développement à moyen et long terme.Cela ne veut pas dire que les difficultés actuelles ne sont pas importantes. La délicate situation du pays aujourd’hui a forcément des répercussions sur les perspectives de son développement. La Tunisie est confrontéesur ce plan à d’énormes et difficiles défis. Mais force est de reconnaitre que la résolution des problèmes actuels reste largement tributaire de cette vision du futur.

L’accent sera mis au cours de cette conférence sur un nombre limité de grandes problématiques qui conditionnent la capacité de la Tunisie à réaliser un développement durable et rapide compte tenu des principaux facteurs humains, institutionnels et politiques notamment, qui impriment le rythme du processus de développement.
Partant de là, des questions fondamentales sont posées et qui méritent un intérêt particulier :
Premièrement : Quelles sont les réformes et les procédures à mettre en œuvre pour que le développement puisse répondre au mieux aux exigences d’un surcroit de justice et d’intégration, et profiter à toutes les couches sociales et à toutes les régions.Quelles politiques poursuivre pour que le développement puisse générer des emplois convenables et répondant suffisamment aux besoins, notamment au profit des jeunes, des femmes et des régions défavorisés ; pour que, au niveau de l’enseignement, des prestations sociales, de la compensation et de la couverture sociale particulièrement, la fiscalité et les transferts sociaux puissent engendrer un surcroit de justice sociale.

Deuxièmement : Quelle est la meilleure répartition des tâches entre l’Etat et le secteur privé ? Comment optimiser le rôle du secteur privé dans l’accélération du rythme de développement ? Comment développer le secteur privé lui-même, renforcer sa capacité d’innovation, d’initiative et de management et l’empêcher de s’exonérer de ses responsabilités à l’égard de la société? Troisièmement : Comment promouvoir et moderniser les relations de travail pour favoriser le maximum possible la stabilité sociale, garantir les droits des travailleurs et les aider à participer à la création des richesses, à en tirer profit, tout en œuvrant pour la préservation et le développement des potentialités et des ressources de l’entreprise économique ?
Quatrièmement : quelles sont les réformes qu’il faut prioritairement entreprendre au niveau des institutions de l’État, plus particulièrement de l’administration, en vue d’améliorer le niveau de sa contribution au projet de développement, de valoriser ses prestations, de bonifier sa gouvernance et d’accroitre sa capacité à faire face à la corruption ?
Au vu de l’urgence et de l’importance de ces interrogations, l’Association Tunisienne des Économistes, en coopération avec le Forum des Études économiques, organise un forum national portant sur tous ces grands choix économiques et sociaux. Au cours de cette rencontre, il sera procédé à l’examen de tous les axes mentionnés ci-devant, en se basant sur une approche participative et interactive, ainsi que sur des études préparées à l’avance.

تقديم عام

تمرّ تونس بمرحلة صعبة وحاسمة على الصعيدين الاجتماعي والاقتصادي. فبعد أن فتحت الثورة أبوابا وآمالا عريضة،توالت الهزّات والصراعات التيأبعدتها عنطريقالازدهار الاقتصادي الذي يطمح إليه شعبها وشبابها وإن أدت إلى القطع مع الدكتاتورية وإلى صياغة دستور جديد وإلى إنشاء أهمّ المؤسّسات السياسية الديمقراطية بالاعتماد على التشاور والتوافق.
فلا تزال تونس في حاجة أكيدة للاتفاق حول مشروع اجتماعي واقتصادي واضح الملامح يستجيب إلى طلبات وآمال الشباب وكافة الشعب في مجال الكرامة والعدالة الاجتماعية والتشغيل وشتى المرافق الاجتماعية (صحة وتعليم ونقل وسكن...). ورغم التهديدات الأمنية وتفاقم الفوضى والميل إلى الانقسام الذي نشهده الآن فإن الأمل في السير نحو توافق اجتماعي واقتصادي شامل لم ينته إذ يمكن تحقيق هذا التوافق بالحوار بين كافة الأطراف (حكومةونقابات ورؤساء مؤسسات وممثلين عن المجتمع المدني...).

لن يكون من الصعب الاتفاق علىأن التحدي والهدف الأول هو التنمية والعدالة للجميع، لكل الفئات والأقاليم،وأن ذلك يقتضي تعزيز الأمن والاستقرار السياسي تحت سيادة دولة منيعة وفعالة ومتصدية لكل ألوان الفساد،كما يقتضيالسعي للتغلب على الفقر والبطالة وما ينجر عنها من غضب ويأس في صفوف الشباب.
لكن تبقى ضرورة الاتفاق على أيسر وأجدي السبل للوصول إلى هذه الأهدافوهيالغاية من هذا الحوار الاجتماعي والاقتصادي.المطلوب في هذه المرحلة ليس إيجاد الحلول لكل الإشكالات الاقتصادية والاجتماعية بكل تفاصيلها وحذافيرها، المهم هو الاتفاق على أهم المحاور وأمهات القضايا. تكون النظرة المشتركة المجتمعية الأساس الذي تبنى عليه كل السياسات الناجحة.
في هذه الندوة ننطلق من التجربة التونسية في النمو الاقتصادي لدراسة عوامله وآفاقه المستقبلية كمدخل لاختيار ودراسة أهم المجالات التي تستوجب الوصول إلى خيارات وإصلاحات كبرى تؤطر العمل التنموي على المدى المتوسط والبعيد. هذا لا يعني أن الصعوبات الحالية ليست بالهامة. فلا يجب أن ننسى أن المرحلة الانتقالية في التحول الديمقراطي لها تأثير كبير على النمو وعوامله في تونس والوضع الحالي الحرج له تأثيرات كبيرة على أفاق النمو في تونس وجعلته يواجه تحديات كبرى وصعبة. لكن يجب كذلك أن نعي أن حل المشاكل الحالية مرتبط بالنظرة المستقبلية.

وسوف يقع التركيز في هذه الندوة على عدد محدود من الإشكاليات الكبرىالتي تحددقدرةلتونس على إنجاز نمو مستديم وسريع باعتبار أهم العوامل المحددة لنسق النمو لا سيما البشريةوالمؤسساتية والسياسية.
ومن هذا المنطلق تطرح أربعة قضاياأساسية سوفيقع تناولها بالدرس:
1. أولا:ما هي الإصلاحات والإجراءات الضرورية لكي تصبح التنمية أكثر عدالة وإدماجية وفى خدمة كل فئات المجتمع وجهت البلاد؟
أي سياسات لكي تكون التنمية أداة لخلق مواطن شغل لائقة وبالكم المطلوب خاصة بالنسبة للشباب والنساء والجهات الأقل نموا ولكي تمكن الجباية والتحويلات الاجتماعية خاصة في التعليم والخدمات العمومية والدعموالتغطية الاجتماعية من تحقيق أكثر قدر ممكن من العدالة الاجتماعية؟
2. ثانيا:ما هو التوزيع الأفضل للمهام بين الدولة والقطاع الخاص؟ ما هي الأهمية وما هو الدورللقطاع الخاص في إنجاز نسق أقوى للنمو؟
وكيف نطور القطاع الخاص نفسه وقدراته على الابتكار والمبادرة والتسيير ولكي يكون مسؤولا اجتماعيا؟
3. ثالثاً :كيفنطور ونعصر العلاقات الشغلية لنحقق أكثر قدر ممكن من الاستقرار الاجتماعي ولنضمن حقوق العمال ونمكنهم من المشاركة والاستفادة من نتائج النمووفي نفس الوقت نحافظ ونطور قدرات المؤسسة الاقتصادية؟
4. ورابعا: ما هي أهم الإصلاحات لمؤسسات الدولة وخاصة الإدارة من أجل تحسين أداءها لخدمة المشروع التنموي وخدمة المواطن وترشيد الحوكمة والتصدي المستمر للفساد؟
نظرا لحتمية هذه التساؤلات وأهميتها،تعتزم الجمعية التونسية للاقتصاديينبالتعاون معمنتدى البحوث الاقتصادية تنظيم منتدى وطنيا حول هذهالخيارات الاقتصادية والاجتماعية الكبرى. وسوف يقع خلال هذهالأيام النظر في كل المحاور المذكورة بالاعتماد على مقاربة تشاركيهوتشاوريهوعلى دراسات وقع إعدادها مسبقا.

Créée en 1979, L’association des économistes Tunisiens vise à Contribuer au développement de la connaissance en sciences économiques en dynamisant la recherche scientifique à travers des activités académiques ; en renforçant l'expertise professionnelle ; en offrant les moyens nécessaires aux jeunes chercheurs afin de réussir leur intégration professionnelle et développer des relations de coopération avec d'autres organismes et structures de recherche nationales et internationales.

Activités de l’ASECTU

La contribution de l’ASECTU consiste à l’Organisation de manifestations scientifiques (colloques, tables rondes, débats, écoles doctorales…) ; La publication de la « Revue Tunisienne d'Economie » ; La publication d'actes de colloques et des tables rondes ; La diffusion d'informations sur les activités des économistes tunisiens ; L’organisation de stages de formation et l’attribution de prix aux jeunes chercheurs.

Le réseau

L'association regroupe les économistes travaillant dans les institutions publiques et privées, intéressés par les questions économiques. L'accord d'adhésion comme membre actif est attribué par le Bureau Directeur aux personnes physiques qui répondent aux critères définis par le règlement intérieur de l'association. L'accord d'adhésion comme membre honoraire est donné par le Bureau Directeur aux personnes physiques et/ou morales qui rendent des services à l'association.

Organisation

Le Bureau Directeur, élu par l'assemblée générale gère les affaires de l'association et veille à l'application des décisions prises au niveau de l'assemblée. La composition actuelle du bureau exécutif est la suivante :

- Mr Mohamed HADDAR, Président.
- Mme Salma Zouari, Vice-présidente.
- MrHabib Zitouna, Secrétaire général.
- Mr Samir Gazhouani, Trésorier.
- Mr Ghazi Boulila.
- Mr Sofiane Ghali.
- Mr Faicel Zidi.
- Mme Mouna Ben Othman
- MrMoez Soussi.
- Mr Moez Labidi.

Le Forum de recherche économique (ERF) est un réseau régional dédié à la promotion de la recherche économique de haute qualité pour contribuer au développement durable dans les pays arabes, l'Iran et la Turquie. Créé en 1993, les objectifs fondamentaux de l’ERF sont de renforcer la capacité de recherche solide dans la région ERF; de diriger et de soutenir la production de la recherche de haute qualité économique et indépendante; et de diffuser les résultats de la recherche à un public large et varié.

Les activités de l’ERF

Pour atteindre ces objectifs, ERF développe un portefeuille d'activités. Ceux-ci comprennent la mobilisation de fonds pour des propositions bien conçues; la gestion des initiatives de recherche régionaux soigneusement sélectionnés et fournir une formation et des programmes de tutorat pour les jeunes chercheurs. Ils comprennent également l'organisation des séminaires et de conférences sur la base de résultats de la recherche; et la publication des résultats de la recherche à travers multiples canaux, y compris les documents de travail, livres, notes d'orientation et un bulletin d'information - Forum.

Le réseau ERF

Le réseau ERF comprend un Conseil d'administration, les chercheurs chevronnés de la région et le personnel du siège qui sont dévoués. Etant un organisme sans but lucratif, le Forum est soutenu par plusieurs bailleurs de fonds, à la fois régionaux et internationaux.